Interview Exclusive

Interview de Monsieur Guillaume H. Retail Manager de la boutique DJI Paris

Bonjour Monsieur Guillaume, vous êtes Retail Manager chez DJI Paris, constructeur numéro 1 de drones dans le monde. Pouvez-vous nous expliquer comment l’entreprise est-elle parvenue à se positionner en tant que leader sur le marché mondial ? Est-ce par une meilleure qualité ? Parce qu’elle fut pionnière ?

DJI store paris

Guillaume : Tout d’abord si DJI s’impose comme numéro un sur le marché des drones c’est grâce à sa qualité. La marque allie qualité et accessibilité. C’est-à-dire que même notre « bas de gamme » est représentatif de modèle robuste, de qualité vidéo haute définition, et de stabilisateurs très performants. Il y a une autre raison à la position du géant chinois sur le marché. DJI reçoit des subventions de l’état, un moyen que les autres sociétés n’ont pas. Il y a également le fait que DJI propose une offre extrêmement variée de produits, de différentes gammes de prix. Elle propose par exemple une gamme d’assistance à la personne que nous ne vendons pas en boutique ici malheureusement. En un an seulement DJI a sorti 6 nouveaux produits en chine. Elle investit beaucoup dans ses nombreux ingénieurs en R&D.

  • Justine. Dans quel secteur l’entreprise DJI fait elle le plus de ventes ? Les drones de loisirs ? Professionnel ? Militaire ?

Guillaume : DJI s’est tout d’abord lancé sur le loisir avec des résolutions et des performances haut de gamme avec notamment les premiers Phantom, mais il y a plein de besoins de marché qui se créent, et ça, DJI a été l’une des premières entreprises à le comprendre. C’est pourquoi elle mise aujourd’hui beaucoup plus sur le professionnel avec par exemple la gamme Inspire, particulièrement prévue pour les professionnels de l’audiovisuel.

En termes de vente je ne suis pas en mesure de vous communiquer les chiffres de ventes globaux de l’entreprise. Pour ma boutique en revanche seulement 20% de mes clients achètent des drones destinés aux professionnels.

  • Justine. Quelle est la gamme la plus vendue ? à quel niveau de prix vendez-vous le plus ? Quelle catégorie représente votre top vente ?

C’est la gamme Mavic qui génère le plus de vente, et le drone le plus vendu est le Mavic 2, sorti en 2018 c’est le drone qui se rapproche le plus des caractéristiques d’un drone pro. Et en moyenne le plus de vente s’effectue autour des 1500 € ce qui représente déjà un beau drone.

  • Justine. Comment se portent les ventes de drones en ce moment dans un contexte où le marché retail lui ne va pas bien ?

Les drones font parties des nouveaux besoins de l’itech donc ce n’est pas un problème pour le retail, qui échappe à la tendance du marché qui se « casse la figure », il reste tout de même préférable d’acheter les drones en boutique que sur internet dans ce milieu, tout comme Apple continue d’ouvrir des boutiques.

  • Justine. Pensez-vous que les drones seront à l’origine d’une aussi grande innovation que les smartphones dans la vie courante ?

Pas tout à fait comme la révolution des smartphones, car ici c’est plus une évolution du coté professionnel ; moins de le loisir ont les besoin seront vite saturés.

  • Justine. Le marché des drones est-il plutôt saisonnier ou permanant ?

Le marché des drones n’est pas vraiment saisonnier, on en vend tout le temps mais c’est évident qu’il y a des plus gros pics au moment des vacances d’hiver avec noël et aussi pour les vacances d’été.   

  • Justine. Est-ce que le marché du drone civils est réservé à une certaine clientèle d’initié ou est-ce plutôt très grand public adressé à tous type de population.

Nous avons affaire la plupart du temps à des clients assez initiés dans le secteur du loisir et également à des clients qui ont besoin de drones pour le travail

  • Nicolas. Quels sont les corps de métier qui utilisent le plus les drones ?

Il y en a qui travaillent dans le secteur de l’audiovisuel mais de moins en moins car le besoin est saturé, et il y en de plus en plus dans le BTP, et pour les métiers nécessitants l’inspection de zones difficiles d’accès comme EDF avec les lignes électriques

  • Nicolas. Et vous avez également des acheteurs dans le domaine de l’agriculture ?

Pour ce qui est de l’utilisation des drones pour l’observation des indicateurs agronomiques nous pouvons vendre des drones DJI.  Mais l’épandage est interdit en France donc nous ne sommes pas autorisés à vendre des drones spécialisés dans ce domaine en agriculture.

  • Justine. Et votre type de clientèle ? plutôt masculine ?

Oui en effet, 90% des acheteurs qui rentre dans la boutique sont des hommes. Donc l’univers un peu geek des drones attirent plus le gente masculine le publique féminin est plus présent dans l’achat d’autre produits DJI comme les caméras portables qui stabilise les plans comme l’Osmo pocket.  

  • Nicolas. la vente de drones est-elle autorisée aux mineurs ?

Non, nous n’avons pas le droit de vendre des drones aux mineurs

  • Romain. En 2017, DJI avait menacé de paralyser les drones Spark, qui n’auraient pas effectué une mise à jour permettant de résoudre des problèmes techniques et liés à l’envoie d’informations. Avez- vous toujours un contrôle à distance sur les appareils que vous vendez ou des moyens afin de bloquer certains appareils ? (enjeu vie privée)

Les revendeurs n’ont pas ce control, mais il faut savoir que les drones sont équipés d’une boite noire comme dans les avions qui enregistrent tout. DJI s’est engagé à ne plus envoyer d’infos. Désormais, la boite noire est plus utilisée pour le Service après-vente que pour l’espionnage. DJI peut donc paralyser les drones à l’aide des systèmes de sécurité, comme Apple peut paralyser ses téléphones

  • Romain. Pensez-vous que le projet d’Amazon de livraison par drones est réalisable en Europe ? (enjeu et demain ?)

Aujourd’hui c’est compliqué, mais un jour ça se fera ! Mais dans combien de temps avec quel appareil ? je ne sais pas.  Ce ne sera pas comme un facteur qui vous apporte votre colis sur votre paillasson mais plus une livraison vers une plateforme où l’on viendra chercher son colis. En tout cas ce qui est sûr c’est qu’on le fait déjà dans un contexte particulier.  Dans le sud-est de la France des drones autonomes livrent les colis sur une vrai ligne aérienne dans une zone un peu reculée.

  • Nicolas. Informez-vous les acheteurs des lois qui encadrent l’utilisation des drones ?

En tant que vendeurs nous n’avons aucune obligation mais nous prévenons nos clients des règles, de la législation, et des risques encourus s’ils ne respectent pas l’interdiction de voler dans certaines zones. Vu le prix de certains appareils ils se doivent d’être vigilants et nous leur conseillons le site Fox Alpha Tango pour plus de précision.

  • Romain. Qu’est- ce qui a permis le développement et l’engouement pour les drones ?

Ce sont surtout les outils annexes qui ont permis l’explosion de l’utilisation des drones, avec la miniaturisation des capteurs, la précision du vol technologie le RTK (la cinématique temps réelle) programmé des plans de vol. Et avec tous ces équipements on peut arriver à des drones de 40000 ou 50 milles euros

  • Nicolas. Quels sont les systèmes mis en place pour que les drones ne dépassent pas leur limite de connexion et ainsi assurer à l’utilisateur que sont drones répondra toujours aux commandes ?

Grace à un système de sécurité intégré le drone se stop automatiquement lorsque la distance entre sa position et la télécommande est trop éloignée, il rejoint alors automatiquement l’emplacement de décollage ou, il rejoint automatiquement l’emplacement ou la télécommande émet un signal

  • Nicolas. Comment DJI encadre l’utilisation des drones autour de zones sensibles ?

DJI a installé des no fly zone dans les drones pour qu’ils ne survolent pas les zones sensibles comme les centrales nucléaires, les aéroports afin d’utiliser nos appareils de manière responsable… Le drone ne pourra pas décoller dans ces zones, et s’il s’en approche retournera vers le pilote.

Merci Monsieur Guillaume H pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.