Un + pour la croissance ?

le-drone-un-plus-pour-la-productivitc3a9.png

> Les drones : un nouveau relais de croissance ?

drrrrone-1-e1552074685261.png

Comme le montre le Rapport ci-dessous sur l’impact des drones dans la croissance du Royaume-Uni réalisé par cabinet PwC (spécialisé dans les missions d’audit, de comptabilité et de conseil), l’audiovisuel économiserait, d’ici à 2030, 4,8 milliards de livres sterling sur ses coûts de production. Et le gain de productivité tous secteurs confondus engendré par les aéronefs représenterait une augmentation de 3,2%.

C’est notamment dans les domaines de l’audiovisuel et des télécommunications (+12,4%), ainsi que dans le secteur du transport et de la logistique (+8,4%), que les gains de productivité seraient les plus forts. Dans ce dernier secteur en effet, les drones permettent un gain de temps élevé par rapport aux voies de transports traditionnelles. D’où l’émergence de nombreux projets comme Amazon Prime Air ou encore Google Wing.

drone etude

Si dans le domaine de l’agriculture le gain engendré par l’utilisation des drones peut sembler moins important (+0,4%), le potentiel est là. Les aéronefs sont de plus en plus utilisés au sein des exploitations agricoles pour transporter des engrais, polliniser les fleurs ou même détecter les zones où les cultures ont du mal à pousser. Récemment, Parrot a survolé 100.000 hectares pour le compte de 5.000 agriculteurs producteurs de céréales.  L’apparition du drone dans l’agriculture ne cessera donc d’augmenter car il permet des gains de productivité.

des-drones-abeilles-pour-polliniser-les-fleurs.jpg
Des drones abeilles pour polliniser les fleurs

 

> Les drones créateurs d’emplois 

Dans tous les pays, les applications professionnelles des drones sont de plus en plus variées, ce qui va impacter considérablement le monde du travail. Les métiers de demain ne ressembleront pas nécessairement à ce que nous connaissons. Selon un rapport de Dell et «l’Institut pour le Futur», think tank californien, l’explosion du numérique, couplée au passage à l’intelligence artificielle va profondément modifier notre notion du travail et les emplois de demain. 

85% des emplois de 2030 n’existent pas aujourd’hui ! 

Quand une délocalisation permet d’économiser jusqu’à 65% sur le coût du travail, une robotisation peut le réduire de 90%.

De par les nombreuses applications professionnelles qui vont peu à peu émerger et l’évolution des comportements des consommateurs, devenus désormais digitaux et ultra connectés, de nombreux métiers qui n’existent peut-être pas encore vont être créés!

drrrrone-e1552076858719.png

Aujourd’hui en France, d’après les données de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), la filière drone représente déjà 10 000 emplois, des constructeurs de drones aux sociétés concessionnaires, en passant par les métiers de formation pour le pilotage des aéronefs ou de data analyst.

Les architectes et ingénieurs systèmes spécialisés en drones sont les plus recherchés avec 30% des offres. Viennent ensuite les techniciens électroniques (8%) et les développeurs (7%). 

Il y a également une forte demande pour les pilotes de drones (télé-pilotes). Piloter un drone requiérant des qualifications précises. En 2017, Nicolas Hazard de l’école Drones & Good présente en France et à l’international (San Francisco, Californie) a déclaré l’ouverture de 15 000 emplois de pilote de drone d’ici à 2020.

Drone & Good_#1 école de drone pour l'emploi

Ainsi, les drones ouvrent de belles débouchées. Avec leur essor, c’est toute une nouvelle filière et de nombreuses start-up et PME qui apparaissent. En France en 2018, on recensait 153 start-up dans l’annuaire « start-up drones« . Par ailleurs, la plateforme en ligne HAWK qui a lancé le premier annuaire en ligne en France pour louer un drone et qui a vocation à devenir le « Airbnb du secteur » a référencé plus de 2500 opérateurs de drones, attestés par la DGAC. Un vrai vivier de métiers… surtout pour la R&D qui est le premier secteur d’emplois, avec environ 65% des offres en CDI.

Comme l’explique Olivier Maffrand, fondateur de Hawk, dont le siège social est installé à Bordeaux :

En 18 mois, en France, le nombre d’opérateurs de drones est passé de 300 à plus de  2000.  C’est pourquoi, actuellement il est très compliqué pour un utilisateur de savoir quel drone et quels capteurs choisir en fonction de ses besoins. Il n’y a aucune grille de lecture.

De leur côté, les Etats-Unis prévoient de créer 100 000 emplois dans des start-up de drones et autres grands groupes destinés à la création de drones.